BUTICULAMICROPHILIE

# WHISKY CHIVAS

 

Chivas regal

CHIVAS REGAL est une marque de Scotch Whisky produit par l'entreprise CHIVAS BROTHERS, filiale du groupe PERNOD-RICARD. Elle a été fondée en 1801 à ABERDEEN en Ecosse et est basée à la distillerie Strathisla, près de Keith dans le Speyside.

Strathisla

CHIVAS REGAL est le whisky de plus de 12 ans d'âge le plus vendu en Europe et sur la zone Asie-Pacifique. Le CHIVAS REGAL est un des plus vieux branduit qui existe et qui date de 1908.

HISTOIRE

Aux origines de la marque, une épicerie fine ouverte en 1801 par John FORREST, à ABERDEEN, et commercialisant des produits de luxe. La ville connait, grâce à son port, un développement important, de 1801 à 1841, la population passe de 20 000 à 63 000 habitants. A la mort de John FORREST, en 1828, William EDWARD achète l'épicerie et s'associe, en 1838, avec James CHIVAS (1810-1886), qui va développer le rayon des vins et spiritueux.

Au décès de William EDWARD en 1841, James prend, avec Charles STEWART, le contrôle de la maison qui deviendra STEWART & CHIVAS. Son destin change en 1842 quand la reine Victoria achète la propriété de Balmoral et reconstruit le château.

Le roi et la reine s'approvisionnent alors auprès de la maison Stewart & Chivas, promue "fournisseur royal" de la famille royale en août 1843, de la duchesse de Kent en 1850, et du prince de Galles en 1963. Elle prend pour devise "all that may need a wealthy family".

Charles STEWART souhaitant se retirer des affaires, James est rejoint en 1857 par son frère John, qui tenait alors un commerce de chapeaux. Les deux frères fondent en 1858 la société CHIVAS BROTHERS.

Chivas brothers

A cette époque, les whiskies, élaborés uniquement à partir de malt, avaient un goût rude, voire âpre. Les frères CHIVAS vont établir la tradition de vieillir et mélanger les whiskies de malt, et seront considérés comme des pionniers de l'art de l'assemblage de whiskies âgés. James avait remarqué que ses clients jugeaient les "single malts" trop forts et agressifs pour leur palais. Grâce à l'introduction des whiskies de grains dans les années 1830, les deux frères conçoivent une boisson plus douce, plus ronde, plus équilibrée, et plus accessible, une boisson dite blended, mélange de whiskies vieillis de malt et de grains, et dont la composition demeure toujours secrète, gage d'un caractère "maison" unique.

Le premier blend, nommé Royal Glendee, est proposé à la fin des années 1850, suivi dans les années 1860, du Royal Strathythan.

Img 3130

Grâce à la légalisation de l'art de l'assemblage par le Spirit Act en 1860, le blended scotch peut enfin se développer. D'autant que la crise du phylloxera en France, en 1880, prive les Anglais de cognac et de vin, et les conduit à consommer du whisky, dont particulièrement le Chivas. A la mort de James CHIVAS en 1886, son fils Alexander reprend l'épicerie. Malheureusement ce fut pour peu de temps puisqu'il décède prématurément en 1893 à l'âge de 37 ans.

La société passe alors en 1895, dans les mains d'Alexander SMITH et du maître assembleur Charles STEWART HOWARD, assistants de James, puis d'Alexander CHIVAS. C'est pour le marché américain qu'ils lancent, en 1909, le tout premier scotch de luxe au monde, un blend de 25 ans d'âge badtisé "CHIVAS REGAL", en l'honneur des frères James et John CHIVAS, et "REGAL" (royal en anglais) car symbole de l'excellence.

Chivas 25

Plébiscité par la haute société new yorkaise, Chivas devient le premier whisky de luxe dans le monde et crée un nouveau marché. La Première Guerre Mondiale et la prohibition aux Etats-Unis viendront mettre provisoirement un terme à son expansion. L'abrogation de cette dernière par ROOSEVELT, le 5 décembre 1933, permet à la marque de revenir en 1938 avec le CHIVAS REGAL 12 ans.

Chivas regal 1

Le développement international de la marque date de son rachat, en 1949, par Sam BRONFMAN, fondateur du groupe canadien SEAGRAM. Chivas Brothers dispose alors d'un vaste réseau de distribution à travers le monde pour promouvoir le CHIVAS REGAL 12 ans, symbole du whisky de luxe.

 

suite de l'article dans le Journal n° 57 
 

 

 

 

Ajouter un commentaire